Derrière le rideau de sable

Les Erythréens

Les villas du trafiquant Abou Omar près d'El-Mehdiya, à la frontière israélo-égyptienne. (Photo Baptiste de Cazenove) Les villas du trafiquant Abou Omar près d’El-Mehdiya, à la frontière israélo-égyptienne. (Photo Baptiste de Cazenove)

20 octobre, Paris — Plus on parle de l’Erythrée dans la presse, moins j’écris. C’est le paradoxe auquel je fais face depuis quelques temps que, à la faveur de la diffusion de documentaires sur l’horreur concentrationnaire des otages du Sinaï, d’importants médias français découvrent ce qui se trouvait sous leurs yeux depuis des années. Le rideau de sable se disperse. Du coup, les gens tombent des nues. Je suppose que c’est bon signe, je m’incline.

Je veux simplement signaler les documents stupéfiants contenus dans le beau film de Cécile Allegra et Delphine Deloget, Voyage en barbarie, diffusé samedi par Public Sénat. Je ne reviendrais pas sur la façon dont la nouvelle ambassadrice d’Erythrée, Hanna Simon, s’est tournée en ridicule après la projection : ce n’était que du temps perdu. Au…

View original post 502 more words

Advertisements

Cet article pourrait vous intéresser : “Je suis libérienne. Je ne suis pas un virus”

EBOLA

“Je suis libérienne. Je ne suis pas un virus”

Dans une vidéo et sur les réseaux sociaux, des Africains dénoncent la stigmatisation dont ils sont victimes aux Etats-Unis à la suite de l’épidémie d’Ebola.

http://www.courrierinternational.com/node/1165471

Découvrez l’application Android Courrier international